Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Autour de l’Argile (Ft. Saphyr Reynarth)

Message par Gondrand Dan Veck le Sam 25 Juil - 23:36

Le Crystal Palace. Gondrand n’y était pas retourné depuis un certain temps, et, en particulier, depuis son escapade incognito en forêt, où, il y avait appris que Ceara, fraîche Pilier de l’Air, s’y était échappé devant. Devant. Alors, elle ne s’y était pas vraiment échappée... Recherchée par l'Armée Blanche. Surtout...

L'Armée Blanche. Gondrand ne la fréquentait pas vraiment. Il ne lisait que les rapports de cette Armée au Conseil Lux. Le reste du temps, le PDG travaillait à son entreprise. Cela lui prenait déjà un temps fou. Parce que, il était un PDG travailleur. Gondrand n'avait pas d'avis particulier sur l'Armée Blanche. Elle était, pour sûr, pas en son cœur pétrifiée, puisque, c'était bel et bien des soldats de l'Armée Blanche, qui avaient assassiné, avec lâcheté impardonnable, sa Gaïa mère. Mais, même si cette souffrance était un gouffre qui avait du mal à passer, au travers de la gorge terreuse, pour le Pilier de la Terre, faux calme et parfois colérique, il ne généralisait pas. Non. L'Armée Blanche, c'était d'abord, des hommes et des femmes, qui n'avaient qu'un job à l'Armée Blanche. Point. S'il se mettait à généraliser... Il ne dirigerait pas une entreprise à Dawn City et pour Dawn City. Cela se savait, que Gondrand était un proche de la famille Lux. Il était apprécié, par la famille, autant pour sa froideur générale - que sa douceur rare.

Le Crystal. Il paraitrait qu’ils n’y échappaient pas vraiment. Les artistes. Ils étaient condamnés à divertir. C’était un sort bien étrange. Mystérieux. Il était difficile, sachant la chose, que de ne pas voir les artistes comme des prisonniers. Gondrand y arrivait très bien. Il avait, cette capacité, presque effrayante, de faire la part des choses. Il le fallait. Il paraitrait aussi, qu’en ces lieux, résidait une jeune femme splendide. Enfin, selon les dires de Ceara. L’androgyne. Alors, il fallait relativiser. Il fallait relativiser les propos, sourit qu’à l’intérieur Gondrand. Gondrand, toujours, peu expressif de l’extérieur. C’était tellement évident. En même temps. Que, Gondrand, trouvait ce détail si insignifiant. Cela faisait partie des Arts : la beauté.  

Le jeune PDG pensait que la beauté était quelque chose de relatif. Par exemple, lui, il trouvait ça beau, des pierres empilées, sur les bords de chemins, empilées à l’équilibre, à deux doigts de s’écrouler, entre la fragilité et la force, que de rester, bel et bien empilées. Il ne pouvait guère, dans son bureau, à la centrale géothermique, y exposer des pierres. Car, il ne dévoilait rien de lui en son bureau. Et, surtout pas ça. Il n’y avait pas une photo. D’ailleurs. Rien. Pas un indice. Alors, les pierres, puisqu’il ne pouvait que rester à Dawn City, la forêt trop risquée pour lui, en double jeu constant, il allait les voir alors, au Crystal Palace.  

Le travail de la terre. Entre les mains d’artistes. Quoi de mieux alors, que d’observer les sculpteurs, travailler leurs œuvres. L’argile. Ici, en l’atelier du Palace, se tenait donc Gondrand, les bras croisés, spectateur, silencieux, lèvres scellées, pierre lui-même derrière l’apparence, admirant, d’un regard bleu cristal, le travail des artistes, se faire devant ses yeux. Il en était distant. Éloigné. Gondrand n’osait déranger les artistes. Il préférait les laisser tranquille. Loin d’eux. Et, par nature, le PDG était distant. Il observait, alors, distant, les sculpteurs, modeler les blocs d'argiles, avec leurs mains humidifiées, leurs donner formes, presque vie, en des visages et des corps. Gondrand était, comme à son habitude, habillé en blanc, d’une chemise blanche, et, d’un pantalon blanc, que d’une ceinture noire, finement travaillée, un remarquable travail du cuir, pour trancher et s’accorder avec les chaussures noires urbaines – cirées. Veste, cintrée, blanche alors. Gondrand. Impeccable. Il ne portait pourtant pas de cravates. Jamais. Il arrivait malgré tout à être toujours impeccable. Il portait toujours des habits de haute qualité. Il était très à l'aise dedans. Il n'était, à de pas en doutant, un blanc de Dawn City. En apparence.

Gondrand, les bras croisés, les pieds, qu’un peu écartés, bien sur son appui - sa position qu'il tenait. Il ne manquait jamais d’assurance. Jamais. Certains dirons, princier, blanc PDG, d’autre, terreux, vert Pilier. Il était là. Le regard captivé. Attentif.

Il n’eut qu’un regard qui roula sur une autre présence. Une jeune femme.
Et, son regard qui revenu sur les artistes. - Bonsoir

Car, Gondrand était quelqu’un de poli. Poli. Sans en faire trop. Ça sonnait un peu froid. Parce que, Gondrand l’était, assez froid, mais, au final, ça sonnait surtout poli, et quand même, assez doux. C’était bel et bien le soir. En semaine. Gondrand, était venu, après une longue journée de travail. La fin de journée. Et, pourtant, ne dévoilant, aucune fatigue. Rien. Stoïque. Il n’y avait que la montre, de très bonne facture, un véritable bijou de joaillerie, pourtant sobre, dépassant de la manche droite de sa veste blanche, sur les bras croisés, qui rappelait cette longue journée de PDG. Gondrand était gaucher. Il savait que c'était un défaut. Car, peu de personnes étaient gauchères. Mais, ça se voyait, dès qu'il écrivait, alors, il ne servait à rien de tricher, en mettant la montre à gauche. Il faisait avec. De toute façon, Gondrand, ne se salissait pas les mains. A l'image de son père. Un père, qui avait fait payer des commanditaires pour faire assassiner ceux qui avaient assassiné sa mère - lorsque la corruption par l'argent n'avait pas suffi. Le fils, salissait l'argent lui aussi. Le fils avait été éduqué à procéder de cette façon. L'argent, que Gondrand gérait efficace. Pour les rebelles. Que les rebelles ne manquent de rien. Jamais de rien. Avec discrétion. Irréprochable.


avatar
Contact :
Voir le profil de l'utilisateur



Informations :

Messages : 11
Date d'inscription : 17/07/2015




Gondrand Dan Veck
Pilier Terre


Revenir en haut Aller en bas

Re: Autour de l’Argile (Ft. Saphyr Reynarth)

Message par Saphyr Reynarth le Dim 2 Aoû - 16:46

Le Crystal, un lieu hors du temps mais aussi fondamentalement ancré dans l’existence des citoyens. La neutralité était de mise, même si l’Armée Blanche tendait à y déposer les personnes dont elle voulait se débarrasser sans pour autant les perdre de vue.  Le Crystal ne relâchait pas ses artistes, maintenant son emprise sur leur esprit. Pourtant, il n’en restait pas moins une destination prisée des citadins souhaitant se divertir, changer d’air et admirer les artistes qui sublimaient leur art. Délaissant son traditionnel uniforme blanc, Saphyr avait revêtu une jupe droite bleue marine et un haut bordeaux. Depuis l’extérieur, elle observa le Crystal quelques instants avant de pénétrer en son sein.

Saphyr s’était octroyée quelques jours de repos et elle en profitait pour se changer les idées. Bien que sa famille œuvrait au milieu des bijoux et autres ornements, cela ne l’empêchait pas d’apprécier le travail des artistes du Crystal. La dernière fois qu’elle était venue, ce fut lors de la soirée de Noël en compagnie de sa sœur Emerald.  Depuis elle avait été accaparée par son travail. Initialement, Saphyr voulait se rendre à la bibliothèque mais ses pas la conduisirent du côté de l’atelier. Elle put tout d’abord admirer certaines œuvres savamment présentées à l’œil du visiteur, disposées de telle manière à capter la lumière et le regard. Sublimes créations. Puis elle accéda à l’atelier à proprement parler.

Des sculpteurs étaient installés en train de modeler l’argile de leurs doigts experts. Saphyr repéra la présence d’une autre personne. Un homme, de blanc vêtu, à l’image de ses camarades soldats et des citoyens de la cité. Elle se posta à quelques pas de lui, l’observant du coin de l’œil.  Elle nota les vêtements de belle facture, dénotant un certain train de vie. Tout comme la montre. D’ailleurs, elle se demanda si ce n’était pas une création de sa famille, sauf qu’elle ne pouvait en être certaine à cette distance. Puis son attention remonta sur le visage quand ce dernier la salua.

- Bonsoir,  monsieur Dan Veck, répondit-elle d’une voix douce.

Oui, elle avait reconnu l’homme qui se tenait royalement à ses côtés, même s’il avait reporté son attention sur les artistes. Elle connaissait la plupart des grands entrepreneurs de la ville de vue, surtout quand ces derniers faisaient partie du conseil de la grande Impératrice.  En soit, elle ne le connaissait pas personnellement, juste les grandes lignes et ne l'avait jamais rencontré auparavant. Elle doutait qu’il sache qui elle était. Saphyr n’était qu’une soldat parmi tant d’autres et ne passait pas beaucoup de temps avec sa famille. Non pas qu’elle était en mauvais terme avec eux, mais elle ne prenait guère part aux affaires des Reynarth, et faisait peu d’apparition publique à leurs côtés.  Elle reporta son attention sur les artiste, découvrant les prémices de certaines sculptures et se demanda quel serait le résultat final.

- Vous vous intéressez à la sculpture ? demanda-t-elle en se tournant vers son interlocuteur.

Saphyr avait décidé d’engager la conversation. Pourtant l’attitude de Gondrand, puisque tel était son prénom, n’était pas des plus engageantes. Stoïque, presque minéral ou inatteignable comme Obra. Une comparaison avec la maitresse de la ville n’était pas toujours flatteur, néanmoins tel n’était pas le but de Saphyr.  Elle se ferait une opinion au fur et à mesure de la soirée, si monsieur Dan Veck souhaitait pousser plus avant cette discussion.

avatar
Contact :
Voir le profil de l'utilisateur



Informations :

Messages : 58
Date d'inscription : 10/11/2014




Saphyr Reynarth
Pion Protecteur


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum