Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Tantale

Message par Tantale le Sam 25 Juil - 19:40




Tantale



"Au menu de ce soir..."




Nom : Tantale
Avatar : Mads Mikkelsen
Age : 40 ans
Groupe : Blanche cité
Fidélité  : Ma chère Obra Lux
Rang : Siège de l'Abondance, PDG de Démeter (Entreprise ayant le quasi monopole de l'agroalimentaire)

Mutation : Nosferatu - Je me nourris de la force, de la vie qui coule en nos veines. Le pouvoir se manifeste par la faim, un manque terrible qui broie les entrailles et abreuve mon esprit de mauvaises pensées. Il me faut prendre, dévorer, arracher... Par contact le plus souvent je vampirise la vie, la victime se sent fatigué, affaibli. La mort peut saisir le patient si mon emprise s'avère trop prolongé. Je peux attaquer l'homme comme l'animal ou le végétal, tout ce qui est vivant peut ravir mon appétit de loup. Ainsi capturée l’énergie vitale se transforme en puissance, je me trouve plus fort et plus agile. Une loi simple de la nature.

Signes distinctifs : C'est un corps fort et puissant pour un homme du monde. Il n'aime pas que ce genre de secret soit révélé, fruits de son ancienne existence il possède quelques cicatrices en héritage sur le torse et le dos. Rien qui ne saurait gâcher véritablement la vue.


Portrait en Quelques lignes



Caractère :

Questionner le Siège de l'Abondance c'est se heurter au silence, l'homme d'un regard juge et estime bien souvent insignifiant les personnes qu'il rencontre. Des années de poursuite peut résumer notre relation, je cherche à tout prix un regard ou quelques déclarations pour nourrir mes nouvelles du matin. Au début une grande sécheresse frappait chacune de mes tentatives, l'homme ne se laissait guère apprivoiser facilement, pire que tout mon visage lui demeurait inconnu, toujours inconnu. Malgré les demandes répétées, mes bousculades à l'entrée de son empire, non, mon visage comme mon nom ne lui disait rien. Des années à forcer ce replis pour enfin voir les premières récoltes de mes efforts, j'étais récompensé de mon acharnement, de ma ténacité. Enfin je pouvais gouter au délice de connaitre l'un des plus grand secret de notre blanche cité. Qui était Tantale ? D'ou venait-il ?

J'avais trop soif, j'étais trop gourmand, jamais je n'ai eu satisfaction sur mes demandes. Lorsqu'une question l'indisposait, l'homme agacé répondait par un silence impérieux et glacé. Un repas mangé froid  qu'il dégustait à me regarder, lui il attendait une question plus savoureuse. J'ai appris à le connaitre, toujours on dinait autour d'une grande table, jamais je n'étais convié seul. Tantale aimait s'entourer de la crème, du gratin de toute la Blanche cité. Pour ces repas il aimait avoir la compagnie du meilleur, que ce soit en terme de prestige ou en terme de compagnie. A sa table nous pouvions croiser un philosophe avec des idées controversées, ou un industriel avare et cupide au regard bleu acier. Tantale aime le spectacle, il aime monter son art car sans être au Crystal Palace il peut prétendre sans concurrence incarner la muse de la gastronomie. C'est un artiste de la cité blanche, un homme qui par égocentrisme aime préparer des plats de maître pour épater une table de convive déjà charmée. Pourtant il ne met guère d'effort à enjoliver sa prestation, tout est fait avec humilité, un coté solennel délicieusement orchestré. L'homme met un point d'honneur a demeurer poli et mesuré, en toute occasion. Il est l'incarnation de l'hôte parfait. Tantale ne s'énerve jamais, Tantale semble être possédé d'un calme à l'épreuve de toute tempête. Énervant à l'excès la fausse note semble lui être étrangère, la perfection de ses plats reflète la perfection de sa vie. De l'agenda au menu, tout est planifié, toujours en harmonie avec les impératifs et les gouts de ses invités.

Il aime le beau, il aime le bon, le reste est sans intérêt. A soutenir son regard glacé, je crois deviner que Tantale nous méprise, il est un loup qui s'habille de soie et nous voie en proie. Plus d'argent ? Plus de pouvoir ? Tantale n'est pas affamé par ses considérations inutiles, c'est un chasseur... On dit parfois qu'il est le chien de Obra Lux, la seule femme qui semble avoir de l'emprise sur son appétit. Si vous avez assez de talent pour lui plaire, sans doute il vous traitera avec convivialité il délaissera un silence arrogant contre une chaleur non feinte. Il vous laissera s'approcher de ses réceptions, il vous aimera tant que votre personne l'étonnera... Mais Tantale ne se laisse jamais emporter par l'indigestion, ne plus être invité, c'est ne plus faire partie de sa liste.

J'ai gouté à l'amère d'un dessert de rupture, finalement mon talent à l'écriture semblait se faner pour son intelligence. Des semaines à faire partie d'un cercle, je me rêvait déjà à monter en grade, gagner en célébrité. Tout cela fut déchiré lorsqu'une semaine aucun menu ne se glissa en mon courrier. Tantale m'a charmé, trop de sucre et de saveur parfumé j'ai aimé sa compagnie plus que je n'ai essayé à lui poser des questions. Il avait réussit à me rendre dépendants de ses soirées, de ces nuits exquises à gouter les délices de notre monde. J'ai été trompé et égaré, j'avais voulu la vérité. Je n'ai fait que me régaler... Tout le monde aime venir chez Tantale, on oublie les questions et les soucis, ici on vient pour le plaisir de la bonne chaire. L'appétit de voir un homme à l'aura magnétique, aux plats envoutant à l'esprit si aiguisé. Une si rare intelligence... Tantale malgré une apparence austère est un grand manipulateur, froid et cruel. Pour fêter une terre qui s'épuise, une population affamée, Tantale crée l'émerveillement des palais...

A coté, un monde a faim.


Physique :
Il peut être gourmand, jamais il ne pourrait souffrir d'un gramme de trop Tantale fait bien trop attention à l'image qu'il renvoi. Il n' y-a nul narcissisme, l'homme est tout simplement soucieux de l'étiquette et de cette normalité qui occupe tant les potins et ragots. Tantale est un homme puissant, rien que sa démarche pourrait témoigner de sa capacité à fracasser quelques os à main nues. Il pourrait inspirer la crainte mais quand il sait faire des efforts il est un hôte charmant, sourire et manière impeccable. Jamais il ne pourra totalement effacer sa carrure ou ses yeux bleus d'acier mais au regard du nombre de ses convives chaque soir, Tantale sait recevoir il sait comment être entouré. Si l'homme soigne son corps, Tantale aime être impeccable au jeu de l'apparence à cela la tenue s'avère un élément primordial. Rien d'autre que de la noblesse, nul autre tissus ne pourrait convenir à habiller le grand maitre des soirées de la blanche cité. Costume trois pièces et toujours du fait sur mesure, tissus de l'entreprise maitre en cet œuvre, Sheffield. Les costumes sont toujours de couleurs sombres, Tantale aime le thème de la nature morte.

Imposant, il n'est pas vraiment grand, musclé, Tantale souffre d'un défaut léger au visage. Ce dernier dispose de trait trop rigides, pas assez de volupté ou de raffinement, même dans le regard. C'est le signe qu'il n'apparient pas totalement à la noblesse qu'il aime tant. Il n'est qu'une pièce adoptée. Son regard est froid, il est incisif et inquisiteur. Sans pouvoir s'exprimer on aurait l'impression que d'un mauvais regard Tantale pourrait vous avaler. L'aura de cette personne peut être d'une chaleur feinte, il y-aura toujours de la politesse et du calme dans chacun de ses gestes. L'homme n'a pas une carrure qui s'excite, il est lent et précis. Il aime prendre son temps à mettre les aliments en bouche.


Son histoire




En soirée, rien de mieux qu'une dégustation chez Tantale. Nous étions tous là, bien sage à attendre les plats. En maestro, en maître de cérémonie le grand Tantale attendait l'attention de tous. Nul besoin d'attendre trop longtemps, on salivait tous de connaitre le menu de ce soir. Tantale ouvrit ses bras en prophète prêt à faire l'exposé de notre plaisir gastronomique.

"Au menu de ce soir, je vous propose en dégustation un foie gras de canard confit guimauve pétillante à la fraise mélasse d'olive noire et brioche au pavot. Cela sera parfait pour initier nos papilles, il y-a un excellent vin de la maison Bergame pour accompagner cette invitation."

...

Au début j'avais faim, horriblement faim, un mal qui torturait mon âme et forçait ma dignité à manger tout et n'importe quoi. Nous étions des animaux de bétails oubliés et laissés à un triste sort. Celui de crever de faim dans la lenteur et l'indifférence, celui d'exister dans la souffrance. Ma mère et mon père avait osés concevoir six enfants pour les regarder mourir, nous étions pauvres et esclaves d'un monde écrasant. Une justice qui nous semblait étrangère... Là-bas on pouvait deviner la pureté d'une ville sans tache, mais dans l'ombre croupissait dans la crasse et la honte les non voulus, indésirables de notre espèce. Je ne vous conterais pas l'histoire d'une vie sans déboire, j'ai commencé au plus bas de l'échelle. Chaque nuit je maudissais le monde de m'avoir crée, chaque nuit je maudissais mes parents de me laisser subsister. Et puis il y-avait la faim ma torture quotidienne, celle qui m'amenait à arracher les racines et croquer les insectes dont personne ne voulait. Garçon qui parlait peu, je me suis forgé une colère, l'amertume de vivre générait en moi un rejet de toute chose. Replié et bientôt violent, aigri face à une société hostile de mon existence, je pris un chemin rapide vers le vol ou l'agression. Une route classique, jamais heureuse.

Si l'on ne pouvait manger et vivre décemment, si notre sort consistait à regarder le monde se gaver sans nous, pourquoi restait-on la heureux de notre condition ? Rapidement j'avais en tête de prendre plutôt que de mendier, je m'associais ainsi avec des personnes peu recommandables. On était tous des enfants paumés, désemparés et attirés par la revanche. On a volé, on à frappé et parfois dans la rage et l'ivresse qui nous possédait des camarades ont tués, j'ai tué. Nous étions de simples bandits aux manières brutales, au style si peu raffiné et original. On s'attaquait aux faibles qu'ils soient riches ou moyennement démunis. Nous n'étions pas animés de morale ou de justice, on voulait survivre en bande avec l'idée que fatalement le destin finirait par nous jouer un tour. Chacun possédait son charme et sa force, si la nécessité nous avait rapproché finalement l'amitié avait réussi à unir des infréquentables. Unis dans l'adversité et le sang. Tous avec peu d'espoir d'avoir un futur brillant... J'ai connu ici un premier amour et en parallèle je forgeais mes armes dans l'attente de la prochaine nuit sanglante. Nous n'étions guère tendre avec nos proies, pour cela on était devenu ennemi à abattre. Il fallait bien qu'une nuit subite nous surprenne.


...

"En suite je vous propose une langoustine, palourde et calamar sautés courgette et tagliatelle à l'encre noir mozzarella di bufala soufflé. "

...

La défaite avait la saveur d'une libération. Enfermé en animal j'avais l'impression d'épouser ma condition. Ma vie je la pensait fauchée, comme une fleur qu'un enfant inconscient pourrait arracher. Heureux d'avoir cueilli si belle plante... Sans la manger ou la porter au vase, fatiguer d'avoir en hochet la fleur perdant de sa superbe, finalement il la jette au fossé... Et fin de l'histoire. En prison la violence ne cessa point, au contraire l'animal blessé que j'étais devenait incontrôlable. Dans l'indifférence parfois je tuais, pour survivre ou pour un plaisir malsain. Régnait une loi étrangère aux hommes dotés de civilisation, nous étions hors du temps, hors de tout. La survie devenait animale. Finalement c'est ma force qui sauva mon esprit, malgré la terrible réputation que portait mon ombre je fut choisi pour expérimentation. La pilule dream avait besoin de cobaye pour tester de sa fiabilité, quoi de mieux qu'un prisonnier sans valeur et plein de vigueur ? Pour une fois il me semblait ingérer une nourriture saine, grâce à la pilule s'ouvrait un autre monde. Je n'avais demandé rien à personne et bientôt sans crier gare me voila au milieu de tant d'attention. Les tests furent fructueux, encore inconscient de cela, mon existence venait de gagner en valeur pour la cité blanche.

On m'offrait une nouvelle vie, une nouvelle considération, mon pouvoir valait beaucoup. La mort dansait avec ma main, d'un geste je pouvais créer la fatigue, d'une poigne je commandais à la vie de partir. J'étais fort et silencieux, un pierre brute qui n'attendait que son sculpteur. On me donna une raison de vivre, assassiner les ennemis de la cité Blanche. Me retourner contre mes anciens frères de coeur, détruire la pensée de Gaïa. Voir ce que la mère pouvait apporter à certains... Quelque soit le bord la faim de ma revanche me prenait au ventre. Je pouvais encore mordre la main qui me tendait à manger, avais-je encore une once de moralité en mon sang ? Non... Absurdité que cette condition, enfermé et cloisonné, on m'offrait une sortie pour tuer et manger, oui, j'acceptais. Meurtrier, chasseur émérite, j'étais le vilain loup. Je devins très vite indispensable, un chien que Obra Lux ne pouvait désormais plus se passer.


...

"En plat de résistance, comme nous aurons encore faim. Je vous annonce Volaille de Bormal en vapeur de cédrat chayotte et riz croustillant sauce gribiche au lait de coco."

...

J'avais faim, j'avalais, je dévorais, je déchiquetais mais j'en voulais toujours plus. A côtoyer l'excellence de la cité Blanche, ces politiciens avares et gourmands lorsqu'il s'agit d'éliminer la vermine. Je voulais devenir comme eux, je voulais devenir aussi affamé qu'eux, adopter leur code et leur connaissance. J'ai construit ce personnage, cette froideur savamment repoudré. Ce mélange délicat d'élégance assaisonné d'épice brulante.  Bientôt le chien d'Obra Lux muta au contact de son environnement, je m'ouvrais au monde et à l'excellence. Des nuits de labeur à lire et à écouter la culture et la science tant appréciée. Je travaillais mon sourire et mes façons, en somme je devenais Tantale.

Une nuit, Obra Lux m'a appelé ainsi, mon nom se perdit enfin dans la poussière d'un passé oublié. En me nommant elle venait de sceller mon affiliation. Cette nuit elle m'offrit un menu dont je ne pu refuser l'exécution. Toute une famille devait périr, de l'enfant innocent à la génération mourante. Une famille déplaisait beaucoup, on soupçonnait les dirigeants de dire oui à Gaïa. Une famille dont Obra Lux ne pouvait souffrir la défection, une famille qui de plus possédait un siège stratégique, une industrie qui nourrissait tout l'empire. Gaïa ne pouvait être liée à la famille qui nourrissait la cité Blanche, cela sonnait affreusement, cela était déplaisant. L'ordre avait été donné et au crépuscule je donnais la sentence. Sans plaisir ni restriction, le soir même je buvais un verre au manoir même de la famille massacrée. Je portais un toast à moi, à mon futur, magnifique Polfar en bouche à peine quelques années d'âge, il avait une robe merveilleuse ce vin.  Me voila bien récompensé de ma fonction de bourreau, Obra Lux savait qu'elle pouvait avoir confiance désormais. Je pouvais avoir les dents longues, mais jamais un chien ne mord celui qui lui a donné à manger.


...

"Pour continuer une crêpe soufflée rhubarbe et groseilles glace caramiel de fleurs de rose."

...

Maintenant je laisse subsister la faim... Je suis Tantale et j'ai repris par appui de la famille dirigeante les fruits et la direction de l'Entreprise Démeter. Je dirige d'une main de fer la première firme à produire les aliments qui vont se retrouver dans vos assiettes. Mon siège est celui de l'Abondance proche conseiller et toujours assassin de Obra Lux. J'ai de l'influence, du pouvoir, mon but est d'affamer le peuple, le rendre dépendant de mes ressources. Je contrôle la terre, je décide de ce qui doit être cultivé ou non. Mon industrie est une usine ou je réserve aux vermines une nourriture à vomir, mixture de restes et autres composant chimiques sensés améliorer la docilité. Nous étudions comment par l'aliment on peut conditionner une bête affamée... L'être humain n'est ici guère différent. Je recycle les déchets, voir les cadavres... Mon industrie en surface sauve beaucoup de monde, notre publicité dispose d'un logo sain au sourire chaleureux et avenant. Démeter, l'entreprise qui aime vous faire plaisir. Je dirige une hypocrisie, une absurdité ou derrière l'enfant épanoui avec sa barre de chocolat, il y-a la bouillie verte et infâme servie en louche pour ces pauvres insectes. Je suis celui qui nourri la cité Blanche. Chez moi je sers ce que mon entreprise produit de meilleur, pour mes amis et ceux qui le valent bien. Chez moi, vous gouterez à ce que le monde à de meilleur... Pour le reste, je ne donnerais rien, je ne gâcherais rien.

...

"Enfin pour se quitter sur une note légère, que diriez vous d'une part de tarte aux pommes en bouquet éclat de pistache, glace loukoum à la rose de Vence.
Je vous souhaite mes amis, un Bon Appétit !"




Le visage derrière le masque



Pseudo : Syrius
Comment avez-vous connu Dark Cloud at Dawn ? Anciennement Orphée, je me recycle.^^
Des questions, des suggestions : Aucune^^
Un petit mot : Pas le moindre


Dernière édition par Tantale le Sam 1 Aoû - 17:21, édité 6 fois

Contact :
Voir le profil de l'utilisateur



Informations :

Messages : 5
Date d'inscription : 25/07/2015
Localisation : En cuisine




Tantale
Siège de l'Abondance


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tantale

Message par Morgan le Dim 26 Juil - 0:19

Oooh ! Je suis toute contente de te revoir ! Et avec un personnage qui promet d'être ... perturbant !! Très beau début c

Bienvenu chez toi coeur

_________________

Contact :
Voir le profil de l'utilisateur



Informations :

Messages : 524
Date d'inscription : 15/09/2014
Localisation : Tour Lux




Morgan



Revenir en haut Aller en bas

Re: Tantale

Message par Tantale le Sam 1 Aoû - 17:21

Merci beaucoup, la fiche est finie.^^

Contact :
Voir le profil de l'utilisateur



Informations :

Messages : 5
Date d'inscription : 25/07/2015
Localisation : En cuisine




Tantale
Siège de l'Abondance


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tantale

Message par Cloud le Dim 2 Aoû - 9:37

Bonjour c

Oh ! Très beau personnage que voilà ! Tantale est la mesure parfaite entre monstruosité et classe, entre élégance et bassesse. Le diable donc, sous des gants haute couture.

Je le trouve très bien pensé, tout en détails, en finesse. Le choix du pouvoir est très ingénieux.Il lui donne une aura funèbre tout en restant dans le thème du souper. Sa table, son entreprise, fait de lui un homme puissant dans toutes les cours, un conquérant du pouvoir, en quelque sorte. Son nom, tiré de la Mythologie, est juste parfait. Et l'avatar, j'adore What a Face

Son histoire est très belle, très bien écrite. Tu nous invite en sa faim, sa faim dévorante. Tu nous met en appétit. Et puis tu glisses, à demi mot, toute la misère des bas quartiers. Son ascendance est comme une mise en lumière, par la cité blanche. La pilule Dream, Obra, le conseil Lux, tu ne fais point de fausses notes pour le contexte, tout est parfait.

J'aime beaucoup, notamment, le lien qu'il entretient avec Obra !!

Je retrouve avec plaisir ta plume douce, sucrée, aux élégances rondes et soignées. Elle rend presque plus cruelle ton personnage, l'habillant d'une élégance racée. De beaucoup de caractère, de douceur. Elle porte un drôle d'animal. Je lui trouve une aura très étrange, cannibale.

Tout plein de possibilités rp, je ne doute pas que tu t'amuseras avec ce personnage. Bienvenu au chien d'Obra ! Tu connais la maison ! Je te donne tes couleurs et à ton rang <3

Contact :
Voir le profil de l'utilisateur



Informations :

Messages : 720
Date d'inscription : 23/08/2014




Cloud



Revenir en haut Aller en bas

Re: Tantale

Message par Contenu sponsorisé


Contact :



Informations :





Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum