Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Tout commence toujours dans une taverne.

Message par Thália le Mer 4 Fév - 17:52

Le Crystal Palace, c'est vaste. Un véritable labyrinthe, en fait, dans lequel on se perd plus souvent qu'à son compte. Je vous rassure d'emblée, monsieur, vous n'êtes pas le premier à errer dans ses couloirs. Trois heures ? Ma foi, c'est un score plutôt honnête. Allons, venez vous poser un moment à l'intérieur, ce n'est pas loin. Vous m'avez l'air éreinté et ... comment dire ? Un peu sur les nerfs. Plus proche du hamster surcaféiné que d'un être humain, n'empêche. Un spectacle éprouvant, c'est ça ? Vous venez de l'extérieur, vous, ça se voit comme le pif au milieu de la figure. Oui, il y a certaines choses qui peuvent choquer, ici. Mais que veniez-vous donc chercher en pénétrant en ces lieux, si ce n'est de l'extraordinaire ? Ah ça, j'imagine que vous avez dû être servi ! Allons, j'insiste, entrez. Ne vous inquiétez donc pas autant, il n'y aura nul guet-apens. Simplement un peu de chaleur, offerte de bon cœur. Un siège et un bon petit verre, et nous vaquerons à nos affaires.

Allons, arrêtez de trembler un instant, ça en devient embarrassant, presque vexant. Tenez, je sais comment vous détendre. Fermez un peu les yeux. Donnez-moi la main. Imaginez. Vous déambulez à travers les rues d'une ville tout en bois et en pierre taillée. Il y a foule. Ça crie, ça braille. Les marchands vantent leurs légumes. L'odeur des ordures projetées de chaque côté de la rue empeste et agresse vos narines. Il fait froid, vous soufflez sur vos mains sans gants pour les réchauffer. Et puis vous avisez un bâtiment qui ne paye pas trop de mine. Il n'a qu'un étage, les murs sont en pierre salie, noircie par les aléas du temps et de la vie. Il y a des tâches, des traces de coup, des graffitis gravés, des dessins mal effacés. Il y a ce toit de tuiles en terre cuite, cette cheminée massive en pierre de laquelle émane une fumée noire. Et surtout, il y a cette porte en chêne massif, arborant une rosace, et ce panneau coloré qui pend au-dessus avec comme seul emblème une choppe bien remplie. Il y a ces rires et ces chants, ces éclats de voix et ces verres qui s'entrechoquent, et vous savez que vous êtes arrivés à destination. Alors vous forcez un peu sur la poignée, poussez un bon coup parce qu'elle coince, et elle s'ouvre. A l'intérieur, c'est bruyant, enfumé ; mais il fait chaud, chacun s'amuse et oublie ses soucis. L'âtre ronronne doucement, le feu dévore les bûches empilées dans le foyer, et bientôt il faudra les remplacer. Les tables de chêne ne payent pas de mine, tâchées qu'elles sont par la nourriture et les liquides divers qu'on a renversé dessus, mais elles sont robustes et à la bonne hauteur pour s'accouder dessus. Les chaises de différentes essences, certaines un peu branlantes, d'autres souffrant des stigmates d'une bagarre, mais vous en dénichez une convenable et vous arriver à héler une servante. Alors vous vous affalez enfin contre le dossier, vous savourez la chaleur de l'alcool et commencez à fraterniser avec votre voisin. Peu importe ce qu'il fume dans sa pipe, même si ce n'est clairement pas du tabac. Vous pouvez vous détendre, parce qu'ici, personne ne vous connaît, ne vous jugera ou n'ira rapporter vos activités à vos proches. Un véritable petit havre de paix. Allez, vous pouvez les rouvrir. Nous sommes arrivés.

Oui, désolée, la porte grince un peu, et elle coince un chouïa. Gnnnnn ... voilà. Bon, c'est un peu désert, à cette heure, mais ça devrait bientôt se remplir, lorsqu'ils auront fini leur démonstrations. Bienvenue aux Divagations du Plaute ! Cest quoi, un Plaute ? Alors ça ... déjà, le nom sonnait bien , vous ne trouvez pas ? C'est très important, ça. Un Plaute, c'est ...  les livres ne sont pas très clairs, mais ce serait une sorte de comique de l'ancien temps. Un titre, ou un personnage, peut-être un auteur, difficile d'être plus précis. Que voulez-vous, les archives sont floues. Mais pour une taverne à l'ancienne, ça sonne bien. J'ai passé des années à la faire construire, et ça m'a coûté les yeux de la tête, mais le résultat en valait la peine, non ? On s'y croirait ! Et encore, vous devriez voir l'ambiance une fois remplie ! Les fumées qui remplissent l'air, les rires et les chansons, les disputes et les accolades, les beuveries ... ah, il faisait bon vivre, à l'époque, j'imagine. Quand il n'y avait pas encore l'autre mégère rustique et ses clébards à nos portes, et une dictatrice ampoulaire pour dicter la loi. Oh, détendez-vous, voyons. Vous n'allez pas prétendre que vous l'appréciez vraiment, votre chère impératrice, pas vrai ? Les Lux de mon temps étaient déjà imbuvables, mais cette pièce rapportée ne se sent plus pisser depuis que ses larbins ont réussi l'exploit grandiose de capturer une gamine à vingt contre un. Tenez, voilà votre verre. Ce qu'il y a dedans ? Ah ah, secret professionnel. Allons bon, on est un petit peu paranoïaque, hein ? Je trouverais presque ça vexant ... C'est de la prune, tout simplement. Promis, juré, craché. Et alors, ça fait pas du bien ? On en reprendrait bien un deuxième, hein ? Allez, c'est pour la maison, ne vous faites donc pas prier.

Ce que fait une taverne dans un recoin aussi paumé du Palais ? Que voulez-vous, j'aime la tranquillité, je déteste les soiffards, les ivrognes, les bons vivants, et les bavards. D'ailleurs, je suis irascible, centenaire, et j'ai cinq chats. Pas crédible pour un sou, je sais. Mais vous me voyez annoncer à la cantonade que tous les bons coins étaient déjà pris ? J'ai ma fierté, moi, monsieur ! Croyez-moi ou pas, la clientèle ne manque pourtant pas. Entre les paumés dans votre genre, les réguliers de l'extérieur qui ne peuvent plus s'en passer, et les maudits du sérail qui n'osent plus risquer un orteil à l'extérieur, on ne chôme pas ! Ah, d'ailleurs, s'il vous prenait l'envie de revenir ... sachez que nous sommes fermés trois jours par semaine. J'ai des prestations à assurer. Le spectacle doit continuer.

Oserais-je conjecturer la raison de votre présence en ces lieux ... Hmmm. Je dirais que votre vie vous étouffe. Vous vous demandez si vous avez fait les bons choix. Votre carrière ne vous satisfait pas. Vous avez cru que se rapprocher des hautes sphères donnerait un sens à votre existence ? Un salaire élevé, des possibilités d'ascension sociale ? Raté ! Rien n'a bougé depuis des années. Et votre compagnon ... toujours sur votre dos à vous le reprocher, hein ? A vivre à vos crochets, mais vous ne pouvez vivre sans lui ... Oh, pas la peine de répondre, je le vois à vos yeux exorbités. "Putain, mais comment qu'elle a deviné ? Merde, elle a des pouvoirs ?" Le costard, très typique. Soigné, mais usé. Miteux ? Allons, vous exagérez, il est sup... Ouais, d'ailleurs, vous voudriez bien le vendre ? Un accessoire authentique, c'est le pied ! Ah, mais c'est qu'il sait sourire ! Donc, ouais, y'a l'alliance. Et la façon dont tu me regardes. Ah, p'têt que j'étais tout simplement pas à ton goût, mais ça, mon ego ne l'aurait pas encaissé ! Tu me rassures,, merci. Tiens, un petit verre pour la peine. Le dernier, sinon tu seras plus capable de rentrer ... Ouais, donc, pour ton taff ... suffisait de voir le bond que tu m'as fait quand j'ai parlé d'Obra. Ah, si, si, c'était criant ! Elle va pas te bouffer, tout de même ! Respire !

Bon, écoute, t'as l'air d'aller mieux, alors tu devrais filer. Les habitués devraient débarouller d'ici un quart d'heure, et j'ai comme l'impression que t'as pas envie de voir du monde. Tiens, un plan pour la sortie. Fais un pas ... oui, tu peux marcher droit. Tu veux un conseil ? Pète un coup. Respire, relâche la pression. Va voir une comédie, un sketch, n'importe quoi qui fait rire, qui met ton cerveau en veille et qui te permet d'oublier. D'ailleurs, on a un excellent choix ici. Hé oui, faut bien que je me fasse un peu de publicité, tout de même ! Blague à part, c'est important, gamin. Ris. A quoi bon vivre en couple et gagner bien sa vie si ça te bouffe complètement ? Hein ? Oh, et si tu veux revenir tailler la bavette ... tu connais le chemin !

avatar
Contact :
Voir le profil de l'utilisateur



Informations :

Messages : 8
Date d'inscription : 24/11/2014




Thália
Comique de service & tenancière des Divagations du Plaute.


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tout commence toujours dans une taverne.

Message par Violet Lace le Mer 11 Fév - 20:57

C'est un besoin irrépressible qui la pousse cette fois encore. Une envie indéniable. Un désir impérieux. Marchant, trottinant même, elle s'avance vers ce Palace des malédictions. Elle s'engage sans un regard en arrière entre Ses portes. Elle est de bonne humeur sans réellement l'être. Elle porte un mince sourire sur ses lèvres d'adolescentes sans qu'il ne se propage jusqu'à ses yeux. Son cœur balance. Mais n'est-ce pas là le sentiment même dégagé par ce lieu étrange ? Violet Lace veut se sentir spéciale aujourd'hui. Elle veut qu'on la remarque, que les regards s'arrêtent sur elle, ne serait-ce qu'une seconde ! Violet Lace n'a pas sa place en second plan, ou pire dans le décor ! Elle n'est pas cette plante verte qui attend un peu d'eau chaque jour pour pousser toujours sans attirer l'attention. Elle n'est pas cet homme à l'histoire inconnue qui se tient dans le coin sans lever les yeux de ses chaussures. C'est décidé que Violet Lace s'enfonce dans les couloirs tantôt sombres et tantôt illuminés. Sa tignasse sauvage caresse ses épaules couvertes par sa robe. Elle porte des couleurs vives. Elle appelle à la provocation.

REGARDEZ MOI

C'est écrit en gros. En énorme même !
Sur ses vêtements, sur son front. Une plume se mêle à sa chevelure libérée. Une fausse bien sur. Les vraies sont chères et rares. Ce n'est pas la petite fugueuse qui pourrait mettre la main dessus. Son père les garde bien cachées pour ne les sortir que lors de grands évènements. Ou de sa prochaine idée pour le défilé. Mais Violet Lace se fout de tout cela pour l'instant. Ses pensées courent dans les salles de ce monde si intriguant. Elle pousse une porte, y jette un coup d'œil discrètement. Quelques danseurs s'échauffent ou s'exercent. A moins que ça ne soit une représentation sans musique ?

La jeune femme reprend sa route sans réponse à sa question silencieuse. Elle regarde dans la suivante. Et la suivante. Et la suivante. Certaines sont vides. Vides de tout. Ces salles-ci l'oppressent. Ce silence pesant enserre son cœur. Elle referme vite leurs portes pour fuir cette sensation désagréable. La voix envoutante d'une créature maudite capture son intérêt des minutes durant. Les yeux clos, elle profite de ce spectacle enchanteur jusqu'à se faire secouer. Il faut choisir : entrer et profiter ou sortir et reprendre la course. Son choix la ramène sur sa route faite de planchers glissants - non sans un juron glissé discrètement -. Elle croise des tableaux agonisants. Elle s'en détourne rapidement et traverse une salle remplie de sculptures tentatrices. Des mains tendues, des sourires avenants, des corps las... Toutes lui indiquent le fond de la pièce. Toutes la dirigent vers cette porte sombre. Cela intrigue l'adolescente. Ses doigts effleurent l'ébène. Lentement, une caresse qui demande l'autorisation. Celle-ci ne tarde pas. A son contact, l'entrée se révèle. Les effluves d'alcool grimpent jusqu'à ses narines. L'ivresse l'envahit. Son sourire se propage jusqu'à son cœur. Il fait bon vivre ici... non ?

Alors Violet Lace traverse les centimètres qui la séparent de ce domaine radieux. Elle pénètre ce nouvel espace. Pieds nus, le sol froid lui arrache un frisson. Quand a-t-elle retiré ses chaussures encore ? Ah oui, en passant devant la bibliothèque, pour y entrer et observer quelques lecteurs ou écrivains silencieux. Elle les a déposé près d'une chaise pour ne pas les oublier. Visiblement, l'idée est à revoir. Cependant, l'expérience a été intéressante bien que vite lassante pour la brunette en recherche d'aventure. Cette taverne semble bien plus accueillante à ses yeux, même si peu remplie pour l'instant. S'avançant rapidement pour ne pas glacer ses orteils davantage, Violet Lace grimpe sur un tabouret devant le bar.
Pas celui du milieu.
Pas un trop excentré pour autant.
Violet Lace tient toujours se sentir spéciale.

avatar
Contact :
Voir le profil de l'utilisateur



Informations :

Messages : 37
Date d'inscription : 21/11/2014




Violet Lace
Peste Haute Couture


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum